mar 192011
 

Je dis toujours qu’il n’existe pas ‘la meilleure caméra’ sans préciser pour qui et pour quoi… Toutefois , je me risque ici à vous proposer un modèle qui se rapproche d’un idéal , le miens ? Une telle suggestion relève autant de l’opinion que de la connaissance.

Et quel seraient les critères à adopter ?

La polyvalence est un avantage certain mais qui limite et alourdis. D’abord elle limite le type d’appareil en favorisant principalement les reflex mono-objectifs, surtout 35mm . Ensuite elle alourdis par l’attrait des divers objectifs et accessoires.

Je choisi donc ici d’y renoncer ou du moins ne pas en faire une priorité.  On ne cherche pas l’outil photographique universel . Je fais de même en ce qui a trait à la rapidité d’exécution.

Je priorise en fait 4 choses .

D’abord, bien sûr, la qualité. Pas seulement de l’appareil-objectif comme tel mais dans les conditions d’utilisation qui lui sont habituellement ou réalistement liées. La principale cause du manque de netteté (volontaire) est le bougé de l’appareil. Il faut donc toujours tenir compte de la stabilité. Rien n’égale l’usage du trépieds pour y parvenir et ainsi profiter pleinement du potentiel de l’outil.

Ensuite , la portabilité raisonnable . Elle varie avec chacun mais l’idée est de ne pas être découragé par le poids du matériel et le temps d’installation de celui-ci.

Troisièmement, la visée . Bien plus qu’une assistance à ‘faire nos réglages’ , le regard que porte l’outil influence notre vision du monde. Plus il est grand et précis, mieux on perçoit les détails; plus il est allongé, plus il favorise le panorama; plus il est mobile, plus il nous affranchit du point de vue à hauteur d’oeil. Sur ce dernier point l’accessoire du viseur d’angle est aussi fort utile.

Quatrièmement, l’originalité du design ou si vous préférez : quelque chose qui se distingue carrément du domaine numérique. Une raison suffisante ou supplémentaire de prendre du film pour capter l’image.

Enfin, mais dans une moindre mesure, le silence. Surtout pour la discrétion.

Rassemblons maintenant cela.

La première chose qui frappe, c’est que les 2 premiers critères semblent aller l’un contre l’autre. La qualité nous porterait à choisir le grand format mais la portabilité nous en empêche . En fait nous sommes à la recherche de la meilleure solution raisonnablement légère sur trépieds. Et c’est là que les 2 aspects suivant viennent à notre secours.

Tout verre de visée sur lequel on peut faire un foyer a la même dimension que le film, donc plus grand égal mieux en autant que la luminosité l’accompagne.

Les trépieds et leurs têtes les plus solides ont tendance à être lourd mais cette solidité est tributaire du poids de l’appareil, du centrement de celui-ci et de la longueur focale . Par exemple, un long télé-objectif déporte le centre de gravité tout en rendant plus sensible au bougé.

Mais il y a un autre aspect que l’on oublie trop fréquemment : la hauteur. C’est parcequ’il nous faut le plus souvent procèder à la hauteur de nos yeux en étant debout que le trépieds est si imposant, du moins en évitant d’abuser de la tige centrale qui réduit la stabilité de l’ensemble en position haute.

Ce n’est pas le seul mais le viseur de proitrine (waist level finder) des moyens formats est un excellent choix. Il permet de cadrer sans se pencher mais il faut quand même le faire pour une mise au point à l’aide de la loupe incluse.

Ce type de viseur favorise le 6×6 car le carré n’a pas besoin d’être tourné. On en est pas prisonnier pour autant car on peut recadrer au tirage en rectangle, en autant qu’il soit peu allongé, comme le sont les formats de papier régulier.

Bien qu’on serait porté à penser aux modèles reflex mono-objectifs tel que Hasselblad , Bronica, etc. , il existe un type plus léger à la méchanique plus simple : le réflex bi-objectif (twin lens reflex). Eh oui, l’appareil argentique idéal est un TLR !

Silencieux, sans vibration notoire et très ‘rétro’ , ce design connu son âge d’or de la moitié des années 50 à celle des années 60. Il y eu une foule de modèles dont le nom finit presque toujours par ‘flex’ ou ‘cord’ mais ceux qui valent encore la peine d’être choisi aujourd’hui ne sont pas si nombreux. J’ai personnellement une quinzaine d’aspects à vérifier pour les classifier mais entrer dans les détails serait (ou sera ? ) le sujet d’un long article, un guide d’achat des TLR…

Je dois quand même vous dévoiler que, bien qu’aucun ne domine sur tous les plans, celui qui se démarque le plus est le Minolta Autocord de 3êm génération (modèles I, II ou III avec obturateur Citizen)  prenant des filtres à bayonette I , les plus courants du genre. Son verre plutôt sombre mérite d’être changé pour un brightscreen Maxwell ou autre, une dispendieuse mise à niveau qui en vaut la peine et qui devient carrément nécessaire pour le Kallo Kalloflex (fait par Kowa)  que je nomme en second lieu de cette catégorie.

Il ne faut pas oublier non plus les grands classiques que sont les prestigieux Rolleiflex , notamment l’inabordable et très désirable 3.5F5 (ou 4) avec Zeiss Planar, qui a déjà un bon verre (filtres bay II) , mais aussi le moins recherché 2.8C (filtres bay III) avec Schneider Xénotar dont le centre d’image est exceptionnel à toute ouverture mais dont les côtés gagnent à fermer vers F11 . Il a aussi un miroir supplémentaire qui favorise une visée conventionnelle mais son verre doit lui aussi être changé car celui d’origine est vraiment trop sombre . Un peu plus lourd mais plus polyvalent.

Je ne pouvais traiter de TLR idéal sans mentionner des Rolleiflex mais l’Autocord demeure remarquable et l’élu de cet article.

Reste qu’il y a 2 grands accessoires indispensables pour l’accompagner Le trépieds, qui peut être léger. Mon choix personnel est le Velbon Maxi 347gb. Un modèle non professionnel mais abordable et surtout facile à transporter.

Si je préfère toujours un posemètre intégré pour les prises à main levé, sur un trépied c’est différent. On a une approche plus ‘réfléchie’ et les mains libres pour un outil supplémentaire : le posemètre à main. Il sera d’autant plus efficace en élargissant les type de mesure disponibles à l’incidente et à la réfléchie partielle ou spot, lorsque les conditions s’y prêtent, c’est-à-dire couramment.

Mon modèle préféré actuel est le Gossen Lunasix F avec son module télé qui ‘voit’ en 7.5 ou 15 degré au lieu des 30 de base . Je trouve que 5 ou 7.5 degrés sont généralement suffisant pour analyser différents secteurs de l’image et avec la présence additionnelle de la mesure incidente, l’outil est plus polyvalent qu’un ‘spot meter’ à visée de 1 degré qui constitue aussi un excellent choix. D’autres type sont valables, même un autre appareil photo (film ou numérique) .

Chez les petits accessoires, un déclencheur souple, un cache-soleil et quelques filtres, surtout en noir et blanc, complètent le tout… avec une provision de film 120 .

François Gauthier
FG

  6 Responses to “La caméra argentique idéale”

  1. Wow, this post is one thing that you don’t see on a regular basis. It is a great thing that I stumbled on this blog post thanks to my good friend who showed it to me. It’s very unique for a writer to spend a good number of dedication passing along the expertise that you provided. It is quite noticeable that you put alot of time and effort into this so thanks!

    • Hi Sammy, i am the author of the article and i think you for your nice comments .

      These where originally put on our site in 2011 and 2012 but then we lost our webmaster and very recently we had to rebuild everything from scratch. In fact less than a week ago.

      I still believe film has its place and try to alternate analog and digital mathers. I plan to write again and the next one should be ‘Digital : about protective filters’… in french.

      Among my other articles on site, you could be interested in ‘ Analogique : un boitier en prime’ where i suggest a film camera for wich the lens alone is well worth the price…

      … or ‘La caméra numérique idéale’ wich is the equivalent for digital of what you just red for analog . Of course , that 2008 model that i still recommanded in 2011 starts to be ‘aging’ but still not obsoleated. Now, most criterias stand and the G6 of same brand is the one for 2014 , lacking mostly IBIS (in body stabilisation) to be near perfect.

      I write this to you in english but the articles are in french . The one of your comments has been notice and linked by the french site l’actualité de l’argentique (scoop.it) .

      Did you use a translator to read it and was it well done ?

      Regards, Frank

  2. I simply could not go away your site before suggesting that I really loved the usual info an individual supply in your visitors? Is going to be back frequently in order to check out new posts

  3. This piece of writing will assist the internet visitors for building up new website or even a blog from start to end.

  4. I would like to thnkx for that efforts you have placed in creating this web site. I am hoping the exact same high-standard weblog article from you inside upcoming also. The truth is your inventive composing capabilities has encouraged me to put together my individual internet site now. Seriously the blogging is spreading its wings quickly. Your be able to write up is an awesome instance of it.

  5. 612367 471207But wanna remark which you have a quite decent internet internet site , I really like the style it genuinely stands out. 239750

 Leave a Reply

(required)

(required)

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>